capitulation de la dictature nazie du IIIe Reich

du 4 au 9 mai 1945

les vainqueurs


à Berlin, de gauche à droite : Montgomery, Joukov, Eisenhower et Koenig qui venait de remplacer le général de Lattre

30 avril
– le programme que s’est fixé Doenitz est simple : sauver le plus de vies humaines possible
– l’ après-midi Doenitz rencontre Himmler à Lübeck, ou il se rend compte que ce dernier compte devenir le chef de l’Etat après la disparition de Hitler, et pour cela, il dispose de moyens très puissants, alors que Doenitz n’en n’a aucun.
– de retour à Plön et suite à son entrevue avec Himmler, Doenitz exclu toute collaboration avec celui-ci, pour mener à bien les négociations de capitulation. Il ne peut accepter aucune entrave politique et ignore encore ce dont on doit l’accuser, mais il sent qu’il est inacceptable pour lui; et il faut le lui faire savoir.
– le soir, Doenitz charge son aide de camp de lui téléphoner pour le prier de le rejoindre à Plön, celui-ci refuse dans un premier temps et c’est l’amiral qui doit prendre le téléphone pour qu’il accepte enfin de se déplacer.
24h00 Himmler arrive avec six officiers SS armés, l’aide de camp de Doenitz s’occupe de cette escorte. Doenitz propose une chaise à Himmler puis il s’assied derrière son bureau, où il a dissimulé à porté de main, sous des papiers, un pistolet. Puis l’amiral lui tend le télégramme qui le désigne comme chef de l’Etat, Himmler le lis et son visage manifeste un grand étonnement, voire de la stupeur, il devint fort pâle, se lève et dit : »permettez-moi d’être le second dans votre Etat. »

1er mai
– 7h40 envoi d’un message de la Chancellerie de Berlin : « pour amiral Doenitz (très secret), testament en vigueur. Vous rejoindrai dès que possible. Jusque-là, suis d’avis de retarder annonce publique. Bormann »
Selon les ultimes volontés de Hitler, le grand amiral Doenitz devient le chef du gouvernement de cette nation vaincue et à la tâche de liquider le 3e Reich.


l’amiral Doenitz (au centre) en compagnie du Dr Speer (à gauche) ministre de l’armement et chef de l’organisation Todt et du général Jodl (à droite) qui restera avec Keitel à la tête de l’OKW

3 mai
– reddition du groupe d’armées du Sud-Ouest

4 mai
– la délégation des forces allemande du Nord-Ouest, Westphalie, Danemark et Hollande, dirigée par l’amiral Friedeburg et le général Kinzel rencontre Montgomery à Lüneburg et signe leur reddition


tout à droite Montgomery; à gauche, de face l’amiral Von Friedeburg et le général Kinzel

capitulation de la dictature nazie-21d

5 mai
– 8h00 la capitulation signée avec Montgomery entre en vigueur

6 mai

capitulation de la dictature nazie-06d
berlin : l’école des ingénieurs de l’armée allemande, où a été signé la reddition du IIIe Reich, un des rares bâtiments officiels encore debout

24h00
sur un signe de Joukov, les portes à doubles battants de la salle s’ouvre, Keitel en grande tenue, col à parements rouges fait irruption. A un mètre derrière lui, l’amiral Freudenburg, commandant la Kriegsmarine et le général Stumpf, chef de la Luftwaffe. Plus en retrait, six officiers, marins et aviateurs.


la délégation allemande

0h21
Keitel appose sa signature sur le premier des trois exemplaires de l’acte de reddition fait en trois langues, puis Stumpf, Freudenburg et les quatre chefs alliés firent de-même, cela dura un bon quart d’heure.

Leurs signatures réunies annonçaient la paix au monde après 6 années de guerre !


ALLEMAGNE : à droite le maréchal Keitel et à gauche le général Stumpf de la Luftwaffe


ALLEMAGNE : l’amiral Hans Georg Freudenburg


TROUPES DU FRONT OUEST : le maréchal anglais sir Arthur Tedder représentant du général Eisenhower


TROUPES DU FRONT EST : le maréchal Joukov


ANGLETERRE : le maréchal Montgomery


FRANCE : le général de Lattre de Tassigny et à sa gauche le chef de la délégation américaine le général Spaatz

7 mai
– le général Jold signait à Reims l’acte de capitulation inconditionnelle de l’ensemble des armées allemandes devant le général Bedell Smith, chef d’état-major du général Eisenhower (au centre), entouré du général soviétique Sousloparov (à droite), de l’amiral Burrough (à gauche) et du général Sevez (à gauche de Burrough) représentant de la France


au centre le général Jold, à droite l’amiral vin Friedeburg et à gauche le colonel Oxenius

9 mai
– 0h00 les hostilités cessèrent sur tous les fronts
le dernier communiqué militaire de l’armée allemande fût publié le 9 mai : « depuis minuit, les armes se sont tues sur tous les fronts… Sur l’ordre du grand amiral, la Wehrmacht a cessé un combat devenu inutile. Ainsi se termine une lutte titanesque de près de six ans. Elle nous a apporté d’éclatantes victoires, mais aussi de lourdes défaites. La Wehrmacht a succombé sous une supériorité écrasante.
Fidèle à son serment, le soldat allemand a accompli, pour son pays, des exploits impérissables. Le peuple l’a soutenu jusqu’au bout, de toutes ses forces et au prix des plus lourds sacrifices. L’histoire rendra hommage à cette union, jusqu’ici sans précédent, du front et de l’arrière. L’adversaire lui-même ne peut manquer de ressentir du respect devant ce qu’il a accompli et souffert sur terre, sur mer et dans l’air. Aussi peut-il, en déposant les armes, conserver une légitime fierté en cette heure, la plus grave de notre histoire, avant de se remettre à travailler, avec courage et confiance, pour que l’Allemagne vive éternellement.
En ce jour, pensons à nos camarades tombés au champ d’honneur. Leur mémoire nous commande la fidélité, l’obéissance et la discipline envers la patrie saignante de milles plaies. »


Ce qui reste du rêve le plus insensé de l’histoire ! Mais comment oublier ce que la folie d’un seul homme à coûté à l’Europe en sang, en larmes et en souffrances ?

mai 1945
Les Alliés organisent un défilé militaire sur les bords de l’Elbe, au lendemain de la capitulation allemande

capitulation-de-la-dictature-nazie-22d
10 mai Berlin, défilé de M24 Chaffee américain

juillet 1945


face à la porte de Brandebourg, de gauche à droite les maréchaux Rokossovski, Montgomery et Joukov

Re 702 p 2203 à 2207, 2384 PR
Re 694 p 375 à 387 RP
Re 830 p 157 P
Re 1049 p 267 P

This entry was posted in Allemagne, Histoire. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.