Brendan and the secret of Kells

23.23.2009 @ 10:59:54 | Isis

Current Mood:Super content emoticon Super content

Réalisation : Tomm Moore
Genre : Animation
Durée : 1h 15min
Année de production : 2008
Bande-annonce VF : http://www.youtube.com/watch?v=LqCZgooOGWY
Site officiel : http://thesecretofkells.com

Synopsis :
Irlande, IXème siècle. Les moines de l’abbaye de Kells sont en train d’ériger une immense enceinte pour se protéger des assauts vikings lorsqu’ils recueillent Frère Aidan, le célèbre maître enlumineur, unique rescapé du monastère d’Iona. A Kells, Aidan va initier le tout jeune moine Brendan à l’art de l’enluminure en lui proposant d’achever un livre mythique qu’il a emmené avec lui. Pour ce faire, Brendan devra sortir de l’abbaye et entrer dans la forêt enchantée qui la borde…

Mon Avis :
Brendan and the secret of Kells c’est avant tout une pure merveille visuelle. Le graphisme tout entier est basé sur les enluminures d’une livre existant, le Grand Évangéliaire de saint Colomba (ou Livre de Kells), conservé au Trinity College à Dublin. Le film imite l’esthétique caractéristique des enluminures irlandaises médiévales, ce qui plonge le spectateur dans un monde singulier, sans perspective, en deux dimensions. Les traits, à la manière de l’art celte, sont simples, raffinés, accompagnés d’arabesques et d’ornements virevoltants. Les couleurs pastels se défragmentent comme dans un kaléidoscope. Le cadre se morcelle parfois en différents panneaux (rappelant les triptyques) dans lesquels circulent les personnages. Le résultat est des plus saisissant, mêlant deux mondes : le christianisme primitif (l’abbaye) et la mythologie païenne (la forêt). Le monde ainsi crée paraît sans limites et à la fois… très moderne.
Tout cela est enveloppé dans une musique celtique médiévale – écrite par Bruno Coulais (Les Choristes, Coraline) – très en accord avec les images.

L’histoire racontée s’inspire également du mystère et des mythes existant autour de l’historique Livre de Kells. A travers le récit de sa genèse, on suit le parcours initiatique du jeune Brendan, confrontés aux deux mondes de l’imaginaire irlandais. Ce qui aurait pu être un simple conte pour enfants prend une allure d’allégorie philosophique.

Je n’ai qu’un seul regret : que les attitudes, les répliques et l’humour soient surtout destinés aux enfants. Cela gâte un peu le plaisir. Mais si vous aimez l’Irlande médiévale, le folklore celtique, des histoires qui parlent à l’imaginaire et des images qui ravissent les yeux, ce film vous enchantera sans aucun doute.

Ma Note :
4 étoiles

Flattr this!

Leave a Reply