rapport du Grütli (Rütli) du 25 juillet 1940 armée suisse

rapport du Grütli

Suisse – 25 juillet 1940

En juin 1940, la France capitulait et notre pays se retrouvait ainsi presque complètement encerclé par les puissances de l’Axe; le résultat du point de vu stratégique fût que la Suisse se retrouvait dans une situation quasi désespérée et jamais revécue depuis les guerres napoléoniennes (1800)

Le Général suisse Henri Guisan réunis tous les commandant des troupes de combat sur la plaine historique du Grütli (Rütli en allemand) situé au bord du Lac des Quatre-Cantons dans la commune de Seelisberg dans le canton d’Uri UR (CH) pour leur annoncé de vive voix la création du réduit national; espace alpin et préalpin ou le gros des forces helvétique se retrancherait pour défendre le plus longtemps possible les passages des Alpes donnant accès au territoire helvétique.


25 juillet 1940

J’ai tenu à vous réunir ici pour parler les yeux dans les yeux, de soldat à soldat. J’aurais pu le faire ailleurs, dans un établissement quelconque, ou d’une autre manière (…) et pourtant non, il fallait que cela soit ici, sur la prairie du Grütli berceau de notre indépendance (…) J’étais convaincu que chacun d’entre nous me comprendrait mieux en ces lieux que partout ailleurs

Aussi longtemps qu’en Europe des millions d’hommes demeurent sous les armes et que des forces considérables peuvent nous attaquer d’un moment à l’autre. L’Armée doit rester prête. Quoi qu’il arrive, les travaux que vous avez effectués n’ont rien perdu de leur valeur, nos sacrifices n’ont pas été fait en vain, puisque nous sommes toujours maîtres de notre destin.

N’écoutez pas ceux qui sont mal renseignés, ceux qui par ignorance ou par intérêt, vous incitent au doute. Croyez, non seulement à notre bon droit, mais à notre force et, si chacun le veut, à l’efficacité de notre résistance.

Evénement très fort, le rapport du Grütli changea l’état d’esprit dans l’armée et la population, l’incertitude et la peur laissèrent place à la volonté de se défendre à tout prix.

Les puissances de l’Axe, Allemagne et Italie prirent ce rapport comme une nouvelle provocation de la Suisse à leur encontre; par contre l’Angleterre y vit la volonté helvétique de sauvegarder l’indépendance nationale.

Fi 2
Re 1159 p 10 PR

This entry was posted in C) Divers, D) Pays, Évènements et sites, Suisse and tagged , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.