bataille de Berlin mi-avril 1945 – 2 mai 1945

bataille de Berlin

Il restait 2 millions de personnes à Berlin, dont 750’000 d’hommes prêt à sacrifier leur vie, 1’500 chars et 9’000 pièces d’artillerie. En face les russes rassemblèrent une formidable force de 2 millions d’hommes, de milliers de chars, de pièces d’artillerie et de lance-roquettes

***octobre 1944***


deux vétérans de la guerre de 1914-18 appartenant aux Volksturm, capturés dans les dernières semaines de la guerre prennent avec une souriante résignation le chemin d’une captivité qui sera de courte durée

c’est au tour des enfants de plonger dans l’horreur; tout citoyen du 3e Reich âgé de 15 ans est désormais mobilisable, décret de Hitler. Cela toucha particulièrement les lycéens affectés le plus souvent à la Flak


jeunes lycéens de la Flak


jeunes soldats de 17 et 18 ans, après douze semaines d’entraînement, ils étaient engagés sur le front et c’est avec de tels soldats que Hitler pensait pouvoir changer le destin de la guerre

———————————————————————————————

***20 mars***

le général Heinrici, commandant en chef de la 1ère armée blindée est nommé commandant en chef du groupe d’armées de la Vistule.


Heinrici

———————————————————————————————

***mi-avril***


écrasée, nuit et jour sous des dizaines de tonnes de bombes, la capitale du IIIe Reich, n’était plus qu’un amas de ruines


à droite, Berlin vue de la tour de l’Hôtel de Ville


les soldats retraitent à pied


complètement démoralisés, harassés par des jours et des jours de marche et de combat, les fantassins allemands se rendent à l’arrivée des blindés russes


des millions de civils de Prusse orientale et de Silésie fuient devant les Russes


Berlin jardin de la Chancellerie, Hitler et son cercle rapproché

———————————————————————————————

***11 avril***

le ministre de la propagande le dr Goebbels se rend sur le front de l’Oder au QG du général Busse pour remonter le moral de la IXe Armée, il se rendit jusqu’au avant-postes, sous le feu de l’ennemi pour porter sa bonne parole.


Goebbels avec des officiers de la garnison de Berlin

———————————————————————————————

***13 avril***

00h05 du matin
Hitler apprend par son ministre de la propagande le dr Goebbels le décès de Roosevelt

———————————————————————————————

***14 avril***

04h00
l’attaque commence par un formidable barrage d’artillerie, puis les russes traversent l’Oder et le bombardement fût si intense qu’ils eurent des difficultés à avancer sur le sol retourné. Quand ils atteignirent la première ligne de défense allemande, ils la trouvèrent abandonnée. Les véhicules étaient coincés dans la boue et un nuage dense de poussière et de fumée contrariait l’avance, ils devinrent des cibles faciles pour les contre-attaques allemandes. Les pertes soviétiques s’accumulaient et tous leurs efforts ne rencontraient guère de succès.


les redoutables « orgues de Staline » ou « Katiouchka » entrent en action


soldats du génie soviétiques travaillant sous le feu ennemi, ils tendent un filin pour arrimer les bateaux à droite

———————————————————————————————

***16 avril***

Aux premières heures du matin
du côté de l’Oder, il fait nuit noire lorsque 22’000 canons ouvrirent un feu roulant, enfin l’infanterie russe accompagnée de nombreux chars bondissent de leur têtes de pont et réussissent à briser les défenses allemandes positionnées sur les hauteurs de Seelow juste en face de Berlin. Sur la Neisse, un nombre égal de pièces déchaîna le tonnerre. Du côté de Francfort et de Küstrin, la préparation d’artillerie dura jusqu’à 4 heures du matin.
Au Nord, le général Joukov commandant le 1er front Biélorusse perce rapidement les lignes allemandes entre Schwedt et Frankfort-sur-l’Oder; au Sud, le général Koniev ommandant le 1er front d’Ukraine, effectue son entrée Forst et Görlitz


l’artillerie soviétique entre en action, canons ML20 M1937 de 152 mm


au début de l’offensive les généraux Joukov et Koniev disposent d’un canon tous les 4 mètres, canon antichar Zis 3 modèle 1942 de 76,20


un détachement de jeunesses hitlériennes traverse Francfort-sur-l’Oder, peu avant l’arrivée des troupes de Joukov

———————————————————————————————

***17 avril***

après le franchissement de l’Oder et de l’Elbe, les chars russes foncent en direction de Berlin


chars de combat T 34/85 russes passant l’Oder à Küstrin

———————————————————————————————

***18 avril***

Après avoir écrasé les défenses de l’Oder, l’Armée rouge fonce à travers les terres cultivées de Poméranie et progressent à l’Ouest de Küstrin en direction de Berlin. Les chars avancent avec l’artillerie et s’arrêtent ici ou là pour réduire un noeud de résistances.


chars de combat T 34/85 fonçant sur Berlin

———————————————————————————————

***19 avril***

Les blindés soviétiques surgissent sur l’autoroute de Berlin, dans le dos de la IXe armée, parmi les restes dispersés des unités allemandes en fuite et les colonnes de civils. L’aile Sud de la IXe armée lutte encore sur l’Oder, alors que son aile Nord, rejetée loin en arrière, entreprend une action défensive désespérée dans le secteur de Müncheberg, l’effondrement de tout le front est inéluctable et les blindés du général Joukov vont pouvoir se ruer sur Berlin sans rencontrer d’obstacles


jeunesses hitlériennes et Volksturm attendent l’attaque


des barricades improvisées : wagons de tramway remplis de pierres


transports utilisés par les allemands : les munitions étaient apportées et les blessés évacuer par des traîneaux tirés par des chiens


Hitler fait quelques pas dans les jardins de la chancellerie entouré de ses fidèles


schémas du bunker de Hitler composé de 18 pièces et situé 15 m en dessous de la Chancellerie et de son jardin

———————————————————————————————

***20 avril***

Hitler fête son anniversaire, il a 56 ans et son ministre de la propagande le dr Goebbels le rappela aux allemands par un discours à la radio qui les conviait à se fier aveuglément au Fürher et aux astres qui, conjointement, les feraient sortir de leurs difficultés du moment.

A l’occasion de son anniversaire, Artur Axmann chef des jeunesses hitlériennes organise dans les jardins de la chancellerie, une petite cérémonie avec de jeune soldat des hitlerjungen qui lui sont présenté et il leur distribue des médailles, leur serre la main et tapote la joue à certain

———————————————————————————————

***21 avril***

– Eisenhower confirme à Staline qu’il ne disputera pas à l’Armée Rouge l’honneur de prendre la capitale du IIIe Reich, au grand dépit de Churchill
– Hitler ordonne une dernière contre-attaque dans les faubourg sud de la ville au général SS Félix Steiner avec la XIe armée pour libérer Berlin
– les Russes profitant de ce que des troupes avaient été retirées du Nord pour participer dans le Sud à la contre-attaque de Steiner, ordonnée par Hitler, arrivent à percer les défenses de Berlin et s’infiltre colonnes blindées en tête dans les faubourgs, la 8e armée des gardes du général Chuikov sont en tête et combattent maison par maison pour atteindre le centre de la ville.
– échec de la contre-attaque du général Steiner


déplacement de char de combat JS 2 Joseph Staline dans les faubourgs


lance-mine russe en action dans les faubourg de Berlin


l’infanterie russe passe en courant devant le cadavre d’un soldat allemand


l’aviation russe à une maîtrise totale de l’air : Il-2

———————————————————————————————

***22 avril***

15h00
– lors de la conférence militaire journalière, Hitler apprend l’échec de la contre-attaque du général Steiner, il entre dans un accès de rage, se met à hurler qu’on l’avait abandonné, il lança les pires injures contre l’armée, traita tout le monde de traîtres, parla de corruption et de fausseté universelles, et alors épuisé, déclara que c’était la fin. Pour la première fois, il désespéra de sa mission. Il n’irait pas dans le Sud, s’y rendrait qui voudrait, lui resterait à Berlin et accepterait la fin quand elle viendrait.
– Un peu plus tard, comme Jold et Keitel lui rappelait qu’il était le chef suprême des forces combattantes, Hitler leur répondit qu’il n’avait aucun ordre à donner, que le Reich s’écroulait, qu’il n’y avait plus rien à faire, ajoutant que s’il désiraient des ordres, ils n’avaient qu’à les demander au maréchal d’empire : « S’il s’agit de négocier, Goering s’en acquittera beaucoup mieux que moi »

dans la nuit
Hitler envoie le général Keitel auprès du général Wenck chef de la XIIe armée, qui se trouve à 80 km à l’Ouest de la capitale pour lui ordonner de marcher sur Berlin

———————————————————————————————

***23 avril***

12h00
– le général Jold et Koller le chef d’état-major de Goering, se présente à l’Obersalzberg pour informer le maréchal Goering de ces événements. Ce dernier se trouve dans une situation très délicate, il était par un décret de juin 1941, le successeur désigné du Fürher. Si le rapport fait par Koller est exact, il est donc légalement tenu de prendre l’héritage, Goering décida d’envoyer un télégramme à Hitler pour lui demander si cette interprétation était bien correcte et qu’il avait l’intention de négocier avec les alliés en son nom.
– Hitler l’accuse de trahison , le destitue et nomme le général Ritter von Greim commandant en chef de la luftwaffe en remplacement de Goering

———————————————————————————————

***23-24 avril***

le chef de la SS Himmler demande la paix aux alliés par l’intermédiaire du comte suédois Bernadotte

———————————————————————————————

***25 avril***

16h40
les américain et les russes font jonction à Torgau sur l’Elbe. Des soldats américains de la 59e division de la 1ère armée et des soldats russes du 173e régiment de la 59ème division de la Garde de la 1ère division ukrainienne fraternisent.


rencontre Est-Ouest américains et Russes à Torgau 25 avril

———————————————————————————————

***27 avril***

les premiers chars russes débouchent sur la Potsdamer Platz, depuis le bunker de la chancellerie, on entend le crépitement des armes automatiques et les bruits continus de l’artillerie


char de combat JS 2 Joseph Staline couvrant l’avance de fantassins dans la ville


Est-ce la dernière photographie de Hitler ? selon le journal allemand qui la publia, elle aurait été prise quelques jours avant la mort du Chancelier, alors qu’il était sorti de son bunker pour contempler les destructions avoisinantes

———————————————————————————————

***28 avril***

– on se bat dans tous les quartiers de Berlin
20h00
– Hitler apprend que la XIIe armée du général Wenck n’existe plus, c’est à ce moment que Hitler réalise que tout est perdu
– les russes sont à quelques centaines de mètres de la Chancellerie
– Hitler annonce à son officier d’ordonnance Heinz Linge qu’il va se marier à Eva Braun


situation des défenses allemande du 28 avril au 2 mai à l’aube


commandant de char de combat JS 2 Joseph Staline préparant une attaque


progression d’une colonne de char de combat JS 2 Joseph Staline dans les ruelles en ruines

———————————————————————————————

***29 avril***

0h30
– l’officier d’état civil Walter Wagner marie Hitler à Eva Braun

dans les heures qui suivent
– Greim, chargé d’arrêter Himmler quitte Berlin
– Hitler reçoit l’information de la fin de Mussolini, fusillé au bord du lac de Côme le 28 avril
– Hitler dicte son testament politique à Linge, à un moment, il déclare d’une voix calme et posée « le national-socialisme est mort. Nous avons perdu la partie. Il ne nous reste plus qu’à mourir dignement » et il accuse une dernière fois les juifs d’être les responsables de cette guerre
– il désigne l’amiral Dönitz comme son successeur.
– Hitler fait abattre sa chienne


testament du dictateur (il quitte la scène avec les mêmes conceptions monstrueuses qu’à ses débuts)


les combats pour le Reichstag


traversée de canon automoteur ISU 122S de la Spree au abords du quartier près du Reichstag


quartier près du Reichstag véhicule lance-roquette Studebacker US6 U3 BM-13N Katioucha


les hommes de la 8e armée de Tchouikov progressent dans Unter den Linden vers la Colonne de la Victoire


char de combat JS 2 Joseph Staline


char de combat JS 2 Joseph Staline détruit par un panzerfaust

———————————————————————————————

***lundi 30 avril***

première heure de l’aube
Hitler rassemble son état-major dans les corridors du bunker pour en prendre congé, en silence il serre la main de chacun d’eux

02h00
– Hitler reçoit toutes les femmes du bunker, secrétaires, cuisinières, femmes de chambre. Vivant, il veut entendre les condoléances à propos de sa propre mort

10h00
– Hitler sort de sa chambre, vêtu d’un uniforme, où brillent son insigne du parti en or, sa croix de fer et sa médaille des blessés de 1914-18. Il demande les dernières nouvelles du front : toute résistance a cessé partout, l’étau russe autour de Berlin est infranchissable, les Russes seront ici, demain au plus tard. Puis en compagnie de son épouse Eva, « ils mangèrent frugalement, car les vivres manquaient » et il fit ses derniers adieux à ses collaborateurs les plus fidèles et se retira avec son épouse dans leurs appartements.

15h30
Un seul coup de feu claque dans les appartements du fürher

15h45
– Linge rentre dans les appartements et trouve Hitler assis sur le divan, le pistolet à ses pieds, il s’était tiré une balle de 7,65 dans la tempe droite et son épouse Eva Braun est à côté de lui sur le sofa, à demi couchée, elle avait préféré s’empoisonner.

– deux SS roulent le corps de Hitler dans une couverture et le porte dans le jardin
– Bormann s’occupe du cadavre d’Eva et le confie à Kempka qui l’emmène dans le jardin
– les deux cadavres sont déposés près du porche, Günsche vide cinq bidons d’essence dessus et y met le feu

– Bormann informe immédiatement l’amiral Dönitz par radio que Hitler l’a désigné pour lui succéder mais il lui cache la mort du fürher pendant 24 heures, délai que lui et Goebbels mettent à profit pour essayer de négocier avec les russes; en vain, ceux-ci ne veulent entendre parler que de reddition sans conditions !
– c’est seulement suite au refus des soviétiques que Bormann envoi un second message par radio à l’amiral Dönitz pour l’informer de la mort de Hitler

– l’infanterie de la 150e division de fusiliers de Joukov après un pas de course héroïque sous un déluge de balles pénètre par l’entrée du Reichstag, ils devront y combattre au corps-à-corps, étage par étage durant plus de 8heures pour atteindre les toits et hisser le drapeau
– le soldat russe Mikail Yegarov et le Géorgien Melinton Kantaria brandissent le drapeau de la victoire sur le Reichstag, le drapeau a été hissé dans la nuit du 30 et la scène a été reconstituée pour permettre de prendre la photographie de jour, à partir d’un avion

en soirée
la radio annonce la mort de Hitler sur un fond sonore solennel : du Wagner et la 7e symphonie de Brückner; il s’agit d’établir la légende du héros combattant jusqu’à son dernier souffle contre le bolchevisme

– quand à Goebbels, son épouse empoisonne ses sept enfants, puis il la tue et part se suicider dans les jardins de la Chancellerie. Son aide de camp à incénéré les cadavres mais s’y prend tellement mal, que le lendemain les russes trouvent les restes calcinés.

– Après la mort du ministre de la propagande, le fürher-bunker est livré aux flammes


entrée du bunker du Führer dans le parc de la Chancellerie, à gauche l’emplacement où leurs corps furent brûlés


à gauche l’entrée du bunker et à droite l’extrémité tronconique du conduit d’aération de l’ouvrage souterrain


soldats russes gardant l’emplacement où les corps d’Hitler et d’Eva Braun ont été brûlés, les bidons d’essence sont encore là


le général Weiding quitte le bunker où il vient d’apprendre la mort de Hitler


un groupe de soldat russe se rue vers les restes du Reichtag pour le prendre d’assaut et y planter un drapeau

<
photographies du drapeau hissé sur le Reichtag (reconstitution)


char de combat JS 2 Joseph Staline positionné devant le Reichstag


colonne de char de combat JS 2 Joseph Staline défilant devant le Reischtag enfin conquis


toutes les républiques d’Union Soviétiques étaient représentées parmi les troupes d’assaut


ultime combat, un des derniers points d’appui allemands est attaqué au canon par les chars de combat T 34 /85-2 modèle 1944


char de combat JS 2 Joseph Staline manoeuvrant près de la porte de Brandenburg

———————————————————————————————

***1er mai***

07h40
– envoi d’un message de la Chancellerie de Berlin : « pour amiral Doenitz (très secret), testament en vigueur. Vous rejoindrai dès que possible. Jusque-là, suis d’avis de retarder annonce publique. Bormann »
– tout est fini et pour toute épitaphe à ce pays foudroyé, on ne trouve sous la plume de son fossoyeur que ces mots d’un cynisme funèbre : » Si le peuple allemand n’est pas capable de triompher dans cette épreuve, je ne verserai pas une larme sur son sort. » (Adolf Hitler)


bunker du central des transmissions d’où partir les derniers messages de Berlin


l’infanterie soviétique s’empare des rues

———————————————————————————————

***1er-2 mai***

les hommes et les femmes massés dans le réseau d’abris qui entoure la Chancellerie tentent une évasion en masse à travers les lignes soviétiques et la plupart réussissent à quitter Berlin

———————————————————————————————

***2 mai***

15h00
prise de la ville de Berlin


devant la Porte de Brandebourg, sur laquelle flotte le drapeau soviétique, ces soldats russes apprennent que la bataille de Berlin est terminée


char de combat JS 2 Joseph Staline


des soldats allemands sortent du métro et se rendent en déposant leurs armes


la ville à capitulé, le silence n’est troublé que par les chars soviétiques qui patrouillent dans la ville, ici des char de combat T 34 /85-2 modèle 1944


des milliers de prisonniers


sous les yeux des russes victorieux, les colonnes de prisonniers allemands partent en captivité à l’Est, d’où un grand nombre n’en reviendrons jamais


« soldats allemands », jeunes prisonniers de 12 à 15ans des jeunesses hitlériennes


prisonniers septuagénaires


ivresse de la revanche, ces soldats posent devant une statue


le cessez-le-feu à été annoncé. L’immense majorité des combattants accueillit la nouvelle par une explosion de joie. Les vainqueurs oubliant leurs épreuves, furent bien souvent magnanimes et accordèrent aux prisonniers le traitement humanitaire qu’ils n’osaient espérer

———————————————————————————————

***3 mai***

plus de 200’000 citoyens et soldats allemands périrent durant la défense de Berlin et les russes eurent 305’000 tués ou blessés.
– l’amiral tente de négocier avec les alliés occidentaux, mais ceux-ci refusent. L’armée allemande a déjà capitulé en Italie, et ni la Grande-Bretagne, ni les Etats-Unis ne veulent se laisser influencer par les efforts de Dönitz pour conclure une paix séparée et rompre ainsi la grande alliance.


le premier jour de paix, à Berlin, il y avait 200 kilomètres carrés de décombres au milieu desquels toute vie avait disparu


la porte de Brandebourg quelques heures après la prise de la ville


les civils au milieu d’immenses tourbillons de poussière et de fumée tentent d’échapper à ce cataclysme


c’est fini, partout le chaos, le dénuement, l’humiliation et d’innombrable prisonniers à l’oeil Hagard


mieux qu’un réquisitoire, le visage de cet enfant condamné à la guerre, dénonce la folie criminelle d’Adolf Hitler


beaucoup se suicide, cet officier des milices territoriales a emporté pour dernière image dans la mort celle de son Fürher vénéré

———————————————————————————————

***4 mai***

l’amiral Friedeburg signe une armistice qui entraîne la capitulation des forces allemandes du nord-Ouest de l’Europe

———————————————————————————————

***7 mai à l’aube***

– le général Jold et l’amiral Friedeburg apposent leurs signatures sur l’acte de reddition sans conditions de toutes les forces allemandes que leur présentent.. à Reims, les représentants des Etats-Unis, de l’Angleterre, de l’URSS et de la France

– le 3e Reich n’a pas survécu plus de huit jours à son fondateur

———————————————————————————————

***mai 1945***


colonne de char de combat JS 2 Joseph Staline


char de combat JS 2 Joseph Staline défilant vers la Porte de Brandenburg


quelques jours plus tard, le général Joukov le vainqueur en compagnie de quelques officiers visitera la chancellerie en touriste


devant le Reichstag le Drapeau de la Victoire est présenté au général Berzarine avant d’être expédié à Moscou. Il avait été hissé dans la nuit du 30 avril sur la Chancellerie


après la bataille la ville en ruine


ville en ruine


les ruines de la fontaine d’Hercule sur la Lützow Platz


les ruines du Reichstag


intérieur de la Chancellerie


aigle de la Chancellerie


symbole des nazis, cet aigle en bronze fut troué par des balles lors des combats

les 30 jours de Berlin, André Besson, éd. France-Empire (1985)
la dernière bataille : la chute de Berlin, Cornélius Ryan, Robert Laffont (1966)
Arm 70 p1396-1397 CR
Babl 82 p 58-67 P
Re 694 p 307, 352 à 367, 370-371, 374 PR
Re 702 p 2177, 2179 à 2183, 2199 à 2202 DPR
Re 703 p 162 à 165 DPR
Re 704 p 318-319 DCPR
Re 986 p 2523-2525,2536-2537, 2540-2541, 2577-2587 CPR
CptE 37 sai1 ep11
CptE 300 Allemagne reddition 1945
CptE complice de Hitler Goering LHTV

This entry was posted in Allemagne, Histoire and tagged , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.