Ben Hur (bis)

6.06.2005 @ 15:39:13 | Midori  |   français

An astounding broadcasting on La 5e this afternoon: some madmen who tried reenacting horse chariot use of the assyrian and romain period…

Really interesting. They tried the horse chariot with one driver and one archer, and discovered that it is far more practical than it seems: a plateform that is stable and larger than a horse, and it is usefull against many types of armies: ennemy horse chariots, ennemies runing away, armies that move quickly, …

They also tried: two horses driven by the same man, while the other would conentrate on using bow. And they discovered that apparently the textured carpet on the horseback was the solution that allowed one man alone to ride + drive the horse + use a bow + …

And they also studied the assyrian four horses chariot, that seemed at first like the concept of a tank: 1 archer, 1 driver, 2-3 men with weapons… original. Except that they do not understand how a good 4 places yoke can exist, since the one they made was very bad for the horses.

It would be nice to find those “Passions pour le passé” broadcast that are all archeological reconstitutiuon / practical archeology as DVDs. I hope to see some more… If you can, try to have a look at it.

Flattr this!

2 Responses to “Ben Hur (bis)”

  1. J’en avais vu une sur le trébuchet… Et c’est toujours intéressant de voir des personnes se creuser la tête pour reconstituer quelque chose du passer et avoir toutes les peines du monde à le faire malgré la technologie et les connaissances modernes ^^

  2. Ha ben oui ! Mais l’important ce n’est pas de savoir si on arrive à le faire sans utiliser les “connaissances modernes”, mais bien de comprendre comment on l’a fait ^^. En expérimentant les gestes de nos anciens pour fabriquer et utiliser les objets, on apprend plein de choses dont on aurait même pas soupçonné l’existance et qui sont super importants (ou s’ils ne sont pas vitaux, juste intéressants) pour l’archéologie !
    Je ne sais pas si vous avez vu le reportage issu de cette “télé-réalité” où des sportifs européens se sont mis dans la peau d’athlètes grecs durant les JO… et bien là, les archéologues, en voyant concrètement les sportifs se débrouiller pour utiliser les objets relatifs aux différentes catégories (dont souvent même les entraîneurs et archéologues sur place ignoraient l’utilité) ont compris un tas de turcs qui (étant donné qu’ils ne devaient pas être très “sportifs” à la base…) ne leur était même pas venus à l’ésprit ! Un bon exemple ce sont ces deux petits objets bizarres et lourds qu’on a retrouvé dans un grand nombre de tombes d’athlètes anciens et dont on ignorait la fonction, sinon qu’ils servaient pour le saut en longeur. Les archéologues se demandaient pourquoi ils présentaient de petites marques… Et bien les sportifs d’aujourd’hui ont compris en expérimentant qu’ils servaient en fait, en en tenant un dans chaque main et en balançant les bras, à propulser le corps en avant et l’aider à aller plus loin dans le saut… Ce faisant, évidemment, les “poids” s’entrechoquaient et laissaient des marques !

    Et pour l’avoir pratiquée dans une toute petite mini-micro-mesure, je peux vous dire, que pour un passionné d’archéo, l’archéologie expérimentale n’est pas seulement amusante, inétressante ou instructive, mais également h’achement gratifiante !!!

Leave a Reply