Le château ambulant

1.01.2005 @ 13:52:41 | Midori

Alors qu’elle rend visite à sa soeur, la jeune Sophie fait accidentellement la connaissance de Hauru le Magicien, connu en ville pour son château juché sur deux énormes pattes qui déambule dans la région. La rumeur affirme qu’il dévore le coeur des jeunes filles… Mais celui-ci à l’air au contraire extrêmement séduisant (Oui !!! Oui !!! :love: ) et aide Sophie a se sortir d’un mauvais pas d’une façon qui la laissera rêveuse… et éprise !
Mais se méprenant sur leur relation, une sorcière jalouse qui convoite le coeur de Hauru depuis longtemps, jette un épouvantable sort sur Sophie et la transforme en vieille femme de 90 ans.
Accablée, Sophie s’enfuit et erre dans les terres désolées. Par hasard, elle pénètre dans le Château Ambulant de Hauru et, cachant sa véritable identité, s’y fait engager comme femme de ménage, portant ainsi le message de la redoutable Sorcière des Landes à Hauru. Sophie va bientôt redonner une nouvelle vie à l’ancienne demeure et devenir très proche de ses habitants. Peu à peu des liens forts se tisseront dans ce château qui abritera une véritable famille, prête à tout pour aider Hauru à faire cesser la geurre insensée qui vient de se déclarer. Dans ce décor, Sophie tentera de sauver son Amour, en découvrant son secret…

Si Le Voyage de Chihiro et Princesse Mononoke étaient un appel à la sauvgarde de l’environnement, Le Château Ambulant est clairement une critique à la geurre.
Si la première chose qui frappe lorsque on regarde Le Château Ambulant est la qualité et la beauté de l’animation, on se retrouve tout de même très vite pris sous le charme de l’histoire, plongé dans un état euphorique proche du rêve. Ebahi, transporté en tout les cas, on laisse notre imagination déborder et vivre pleinement cette fable faite de magie. Une narration quasi parfaite, originale mais surtout envoûtante, renforcée par une musique symphonique de Joe Hisashi toujours dans le ton.
Un soin tout particulier est donné à des seconds rôles très attachants (hhhhh !!! :razz:) qui prennent presque autant d’importance aux personnages principaux, finalement presque ordinaires, mais justes.

Bref, un film remarquable !!! Tout est dans l’imaginaire, la subtilité, rien à voir avec les films qu’on a l’habitude de voir ! Un vrai rêve éveillé !
A voir absolument :cheers:!!!!!

Flattr this!

6 Responses to “Le château ambulant”

  1. Parfaitement d’accord avec Isis…
    Et rien à ajouter…

  2. Hihi ! Ca c’est un beau compliment ! Merci ^_^!

  3. Moi qui suis pourtant avare de compliment 😛

  4. J’ai personnellement trouvé que le scénario était un peu emberlificoté, peu clair, et que sur la fin on passait du flou à la brutale conclusion…
    Comment dire…
    Adaptons les commentaires que je faisais sur FFVIII avec tout le monde, au cinéma d’animation : j’ai trouvé que c’était un excellent animé, mais un mauvais Miyazaki, quant à moi.
    Il m’a ravi, m’a fait rêver, Il était un film merveilleux, mais selon mes goûts à moi il était en-dessous de ce à quoi m’avait habitué Miyazaki-sensei.

    Au fait Mido, la page “bad request” je te dis du mal de la css h-gutenberg, remember ? Lis-le en détail ! S’il y a des fautes d’ortho dans mon message, c’est peut-être parce que je ne vois même pas ce que je tape tellement les caractères de la zone de saisie sont imposés en petite taille 😀

  5. J’ai personnellement trouvé que le scénario était un peu emberlificoté, peu clair, et que sur la fin on passait du flou à la brutale conclusion…

    C’est drôle, moi j’ai eu l’impression tout inverse…
    J’ai trouvé que le scénario était très bien ficelé, la narration, comme je l’ai dit, était quasi parfaite, et le déroulement ainsi que la “conclusion”, étaient bien rythmés et fluides.
    Mais c’est mon avis personnel à moi…

  6. J’ai été fouiller dans mes “Studio” (magazine de cinéma auquel je suis abbonnée) pour retrouver la critique du Château ambulant, parce qu’en général, ils en font de bonnes et fiables. Alors, ils l’ont classé dans “on aime bien”, avec deux étoiles (sur cinq), ce qui veut dire que c’est un assez bon film.

    Voici le commentaire :
    Pour la première fois, Hayao Miyazaki va diviser. Une partie du public risque en effet d’être déconcertée par le nouveau film du maître de l’animation japonaise, dont les images et la mise en scène sont, certes, fantastiques, mais dont l’histoire semble décousue. Pour l’apprécier pleinement, il faut le voir comme l’oeuvre très personnelle d’un cinéaste libéré de toute contrainte et qui se décide à filmer une autobiographie métaphorique. Selon votre connnaissance de la vie et de son oeuvre, vous serez plus ou moins en mesure de reconnaître dans le parcours de Sophie celui de Miyazaki.

    Seulement moi, je ne connais strictement rien du tout de la vie de Miyazaki. C’est dommage, parce que pas mal de trucs ont dû m’échapper dans ce cas…

Leave a Reply