Alexandre

27.27.2005 @ 14:30:25 | Isis

Voilà un très long film, que personnellement j’ai trouvé à peine un peu meilleur que Troie (pardon… Troy). Extrêmement romancé, par moments même pas mal hollywoodianisé : ralentis très chargés, dilogues lourds de sousentendus accompagnés de regards lamoyants et poignées de mains sentimentales, phrases clés culcul qui ressortent à tout bout de champ et clichés abusifs. Mais ne soyons pas trop négatifs… il y a quand même du bon !

l’histoire de la vie d’Alexandre (Colin Farrel) est racontée (dictée à un scribe) par Ptolemée âgé (Anthony Hopkins) depuis son confortable balcon de son palais à Alexandrie.

Le début du film insiste beaucoup sur l’enfance d’Alexandre… ses études avec Aristote, les relations tendues entre ses parents qui se haïssent, son amour pour Héphaïstion… :
Olympias (Angelina Jolie), stratège et manipulatrice, pousse son jeune fils Alexandre à devenir le roi d’un immense Empire en prenant Babylone ; son père Philippe (Val Kilmer), brutal et sauvage, l’encourage à devenir un grand guerrier en anéhantissant la domination perse pour montrer aux grecs la superiorité des macénodiens.
Entouré de ces deux figures puissantes qu’il aime et qu’il haït, Alexandre grandit et évolue pour devenir celui qu’il est. Pri entre deux puissances, il développe son propre rêve : bâtir un Empire non pas pour la gloire ou la richesse, mais pour mélanger les races, de Grèce jusqu’en Inde, pour rapprocher les hommes.
Je ne sais pas qu’elle est la part de vérité là-dedans, mais en tout cas cette vision des choses est plutôt bien trouvée… je trouve…

A la mort de son père (peut-être assasiné par les perses), Alexandre part en Asie pour détruire l’Empire perse et tuer Darius (III). A tout juste 25 ans, il repousse les perses du Proche Orient et d’Egypte. Dans sa foulée il continue sur Babylone où il retrouve enfin Darius sur un terrain de batille gigantesque !
Là a lieu une bataille splendide ! Pour les amateurs de l’art de la guerre c’est une scène à ne pas rater ! Toutes les unités (archers, chars, fantassins, piquiers,…) sont, dans les deux camps, hyper bien figurées, dans les moindres détails ! De plus, la stratégie de guerre est très bien montrée (avec une vue aérienne permise par un aigle présent dans tout le film). Juste un petit détail : c’est gore… VRAIMENT très gore !!!

Là on en est à la moitié du film… à peu près…
Le reste relate comment Alexandre, désireux de rejoindre l’Inde et la mer pour retourner en Grèce, traîne son armée de plus en plus lasse des geurres. Ici le film met plus l’accent sur un Alexandre de plus en plus conscient que s’il espère réaliser son rêve de conquête, il devra faire face à toute une série de trahisons, même parmi ses hommes les plus fidèles, désireux de rentrer chez eux et estimant avoir rempli leur mission. Cette situation s’aggravera de plus en plus et la conséquence sera… un véritable massacre dans les forêts indiennes et… la mort d’Alexandre à Babylone.

Points forts

Enfin nous voyons à l’écran une vraie histoire d’amour entre hommes ! Achille et Patrocle dans Troy étaient juste amis, mais là, enfin, Alexandre et Héphaïstion sont montrés comme de vrais amants ! De plus, Alexandre prend femme (une babylonienne, pour mieux mélanger les races), mais il ne l’aime absolument pas. Elle lui servira uniquement pour avoir un descendant. (On comprend pourquoi ce film n’a pas été apprécié aux Etats-Unis…)
Je trouve aussi que pour une fois, la réalité historique n’est pas trop biaisée… Il y a des ajouts oui, mais uniquement dans le but de faire de l’Histoire un film et non un documentaire…

La musique !!!! La musique est très très belle ! Normal me diriez-vous… c’est du Vangelis

Points faibles

Le réalisateur n’a pas pu s’empêcher de montrer Alexandre comme un roi super-cool qui connaît ses soldats par leurs noms et qui se tient au plus près de leurs peines… Un peu culcul…

Selon le film, Alexandre meurt empoisonné par on ne sait lequel de ses amis (sans doute tous). Oubliée la fièvre qui, dans la réalité aurait dû l’emporter… enfin… pas si oubliée que ça vu que c’est qui Ptolémée change la version de l’empoisonnement, désireux de ne pas passer à l’Histoire comme l’assassin de ce grand homme qu’il a tant admiré, propose à son scribe de le faire mourir d’une fièvre.
Pourquoi pas ? Peut-être que pour Olivier Stone, la mort par fièvre n’était pas assez noble pour Alexandre le Grand…

Flattr this!

3 Responses to “Alexandre”

  1. 😳 Pardon… c’est très très long… pour changer… 😳

  2. En même temps… y’a du contenu, puisque j’ai lu ton post en entier. Par contre, ça m’a pas poussée à aller voir le film, moi, le clinquant Hollywoodien, j’ai de plus en plus de peine…

  3. J’ai bien pensé 😛 ! Y’a peu de films que tu as l’air d’avoir envie d’aller voir au ciné on dirait Mido ^_^. ..
    Sincèrement, moi j’ai beaucoup aimé. J’ai fait plein de critiques négatives c’est vrai, mais en même temps j’ai quand même trouvé le film super ! J’ai passé un très bon moment, les images étaient super, la musique aussi (d’ailleurs j’ai rajouté un passage à ce sujet parce que quand même ! ça manquait !). Bref, je le conseille tout de même vivement.
    Isis, critique, mais qui se contente de peu pour être heureuse !

Leave a Reply