Tag Archives: Twitter

Shen Yun : de la liberté d’expression

J’ai eu la chance mercredi dernier (27 mars) d’assister au spectacle Shen Yun, représentant, selon leurs termes « 5000 ans d’histoire chinoise » sur la scène du théâtre de Beaulieu, à Lausanne. Ayant déjà succombé par deux fois aux sirènes de Riverdance, j’ai eu envie de tenter une aventure similaire du côté des contrées asiatiques.

shenyun2-1024x769

Depuis plusieurs semaines, à chaque fois que Piou et moi allions soit au fitness, soit faire les courses, nous étions accostés par des gens faisant de la pub pour le spectacle. Nous avons fini par craquer. Surtout que, coup de chance assez incroyable, un couple s’était désisté au dernier moment, ce qui nous a permis d’avoir d’excellentes places dans le premier quart de la salle. Nous étions donc aux premières loges, ou presque.

Shen Yun est donc un spectacle employant plus de 90 danseurs, chanteurs et musiciens, proposant au public de traverser divers tableaux de la Chine traditionnelle. Les costumes sont nombreux, variés et très colorés. La musique quant à elle est un savant mélange de traditions chinoiises et d’accents plus européens.
J’étais d’ailleurs surprise – et un peu déçue – que des CD n’aient pas été proposés à la pause, ainsi que des DVD, comme pour Riverdance.

Shen-Yun lotus -770575

Puis j’ai compris pourquoi.
Il se peut même qu’après écriture de cet article, mon blog soit interdit d’accès en Chine. 😉

La puce m’est venue à l’oreille lors de l’un des chants (sous-titré à l’aide de l’écran à l’arrière de la scène, aussi utilisé de manière très sympathique pour « ouvrir » le champ scénique lors des danses) disait clairement que « l’athéisme était une tromperie et le darwinisme un mensonge, car seul le Créateur est à l’origine de toute chose ». Là, j’ai commencé à me poser quelques questions au sujet de ce message idéologique clairement exprimé au milieu d’un show artistique.
Quelques minutes plus tard, deux tableaux dansés montrent un jeune couple adepte du « Dafa » (version chinoise simplifiée de « Falun Gong » – en fait une branche du qi-gong) se faire arrêter puis battre à mort par les « rouges » (le Parti Communiste chinois, donc). Mais heureusement, le Dieu tout puissant vient ramener le jeune homme à la vie, pour le plus grand bonheur de son épouse.

Puis, la présentatrice a brièvement expliqué que, si la troupe était fondée à New York, c’était pour échapper à la censure chinoise.
En effet, le « Dafa » est formellement réprimé en Chine, l’adhésion y est interdite (deux fois plus d’inscrits qu’au Parti Communiste chinois, c’est cela qui inquiète) et il n’y a pas de prescription ! (les gens qui en ont eu fait partie sont encore à l’heure actuelle battus, torturés et parfois tués).

Après quelques recherches, j’ai pu lire que le Falun Cong n’est pas une secte ; mais que certaines personnes aux USA le considère comme telle (et certains de leurs membres sont assez insistants sur Twitter, me renvoyant à l’une de leur revue, Epoch Times alors que je me demandais comment tourner cet article…).

Capture d’écran 2013-04-02 à 18.44.55

Quoiqu’il en soit, le Parti Communiste chinois ne voit pas d’un bon œil les membres du Dafa qui de leur côté estiment le gouvernement actuel responsable de la perte d’une partie des valeurs traditionnelles de la Chine, telle le yun (traduit « bearing » sur Wikipédia, comprendre « prestance » ou « attitude »), selon les propos de Vina Lee, chorégraphe du spectacle.
En gros, les protestations du Falun Gong vont dans le sens du regret de la perte de l’identité chinoise, de la tradition du pays.

Les deux partis sont donc en désaccord profond quant aux valeurs que la Chine devrait privilégier au quotidien.
Ce qui explique que le PC a essayé, via la politique, de faire cesser les représentations de Shen Yun de par le monde.
Ce qui explique également que Shen Yun ne vende pas de CD ou de DVD, à mon avis ; afin d’assurer que leur spectacle reste en zone « sûre ».
La troupe comporte 3 groupes différents, toujours en tournée de par le monde. Le groupe que nous avons vu partait le lendemain pour Francfort. IL faut également savoir que les représentations se font le plus souvent grâce à un patronage d’un des groupements de Falun Gong, répartis de par le monde.

shenyun-4-web

Il n’empêche que, mis à part le reproche que je ferais – comme quelques journalistes et critiques – à Shen Yun, qui est de ne pas assez expliquer leur message avant de vendre leur billet (je ne m’attendais vraiment pas à tomber sur un spectacle contenant de la propagande pour un mouvement religieux ! même si ce n’est que 10% du spectacle, il faut bien l’avouer), le spectacle reste fabuleux et vaut le détour. Les performances des danseuses et danseurs classiques chinois(e)s sont vraiment impressionnantes, le tout est superbement orchestré et souvent mis en scène avec humour !

Shen-Yun-Performing-Arts

Ce spectacle est un ravissement pour les yeux autant que pour les oreilles et, sachant qu’ils créent de nouveaux tableaux chaque année, je risque de me laisser tenter à nouveau…

Et vous ? aviez-vous entendu parler du Dafa avant ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

in the arms of the heretic

Aucune fichue inspiration pour écrire durant ces journées qui se suivent et se ressemblent. Mais je prends quand même quelques minutes pour écrire une petite bafouille dans ces murs, histoire de prouver que le blog n’est pas aussi désert que ce qui me sert de cerveau.

Ceux qui me suivent sur Twitter l’auront sans doute remarqué, le temps est à une petite baisse de moral par ici. Le quotidien engendré par les divers travaux à rendre et examens (dont la date de certains m’est encore inconnue à deux semaines de la session !) à préparer me tue, littéralement. J’en ai marre.
Pas de mes études, j’aime toujours autant ce que je fais et je n’ai jamais été aussi motivée que depuis mon entrée en Master, mais de ce cycle métro-boulot-dodo qui, sans aucune réelle possibilité d’évasion pour le moment, décharge mes batteries (pour faire écho à ma chère Koyangi).

Sitôt posé un travail, je m’attèle à un autre, comme une machine.
Le 18 avril, c’était présentation en histoire contemporaine sur l’écrivain Alice Rivaz. J’enchaînais directement avec la préparation d’une autre présentation en archéologie, sur l’iconographie de Charon et Hadès (j’ai parlé durant une heure, si un jour je deviens prof, rappelez-moi de me munir d’une bouteille d’eau). Maintenant, je suis en plein rush afin de boucler pour lundi mon séminaire d’histoire contemporaine (le dernier de ma vie, si tout va bien), portant sur l’analyse d’une émission radio des années 40 sur l’hôpital psychiatrique de Marsens. La présentation aura lieu le 23 ou 24 mai, avant d’enchaîner sur un examen d’histoire ancienne le 30 mai.
Reste encore à caser un oral d’histoire d’ancienne que je sais pas quand il tombe et un écrit de deux heures en contemporaine dont je n’ai pas la date non plus.
Vous voulez planifier les choses comment, ainsi ?

J’ai donc passé ces deux dernières semaines à courir de bibliothèques en archives de l’Etat, et d’archives de la ville en bibliothèques. Je me lève à 6h00, me couche à 22h00.
Bref, je suis un p’tit peu au bout du rouleau et mon humeur oscille entre euphorie bien trop caféinée et crises de larmes intempestives.
Vivement la mi-juin, que le rythme redevienne un tant soit peu normal. J’en profiterai sans doute pour planifier une petite visite à la Chaux-de-Fonds dont je vous reparlerai bientôt.

Pour ne pas vous laisser avec juste du gros texte insipide et larmoyant, je vous mets un petit résumé de ces derniers jours façon brèves d’Instagram. 😉

16 avril, je commence à bosser mon séminaire pour la contemporaine. La BCU est pleine et m’oppresse, je me pose au Mondial.

18 avril, je fais preuve de skills insoupçonnés sur Drawsomething.

Et je réalise que la majeure partie de mes affaires de sport sont ROSES.

20 avril, je découvre un fromage au nom bizarre à la laiterie de Belfaux.

J’ai peur de ce fromage. Je me rabats là dessus (une valeur sûre) :

21 avril, je redécouvre le plaisir des Special K fruits rouges.

23 avril, en préparant ma présentation en archéologie classique, je découvre que les Grecs donnaient déjà dans l’humour graveleux (Aristophane, – Les Grenouilles).

De lassitude de lire pour l’uni, j’enchaîne sur le merveilleux bouquin de Mona Chollet.

26 avril, le collègue du Piou rentre du Japon et me ramène ma « commande » Lush, à savoir le gel douche Karma introuvable sous nos latitudes.

Le 28 avril, j’apprends que l’insulte « sac à vin » nous vient de très loin. (Homère)

29 avril, il fait beau. Je prends une petite pause sur le balcon avec un bouquin et une bière.

Une lecture suggérée par Elise, sur madmoiZelle.com.

Le 4 mai, je descend en basse-ville avec une amie, on profite de travailler sur la superbe terrasse du Belvédère.

Ils ont un super choix de sirops, avec eau plate ou gazeuse ; je jette mon dévolu sur la Pomme Verte.

Le 5 mai, visite avec des gens de l’uni chez Pierre-Alain Capt, potier et archéocéramiste. (plus de photos sur la galerie Flickr)

7 mai, je reçois enfin ma commande Etsy et j’en profite pour refaire ma manucure. Petit compte-rendu de la commande et de la boutique bientôt !

Rendez-vous sur Hellocoton !

you would know

Et pourquoi mettrais-je ce blog à jour uniquement quand j’ai des choses à dire ? c’est vrai ça.
Je crois que le réflexe Twitter est en moi. Je préfère bafouiller ma vie en 140 caractères, c’est donc que je cède à la voie de la facilité.

Qu’ai-je fait ces derniers temps, à part boire du chocolat chaud sous mon Slanket, à regarder la neige tomber ? (ah mais zut, c’est vrai, la reine des Glaces s’est montrée particulièrement avare jusqu’à présent)

* j’ai offert Pokémon version noire au Piou pour Noël. Du coup, j’ai ressorti ma version blanche. Et maravé sa face de brocoli à Ghétis.
* suite à un don généreux d’une personne louche hébergée à Nouvel-An, notre frigo est rempli de kiwis. La cure a commencé.
* le boulot à la bibliothèque a repris
* j’ai trois tonnes de bouquins en retard à rendre à la BCU parce que je n’en ai pas brassé une depuis le 23 décembre
* j’ai recommencé à lire Harry Potter et j’en suis au tome trois, quand Harry-claque-la-porte-des-Dursley-parce-que-vraiment-yen-a-trop-marre.
* du coup, j’ai aussi rematé des épisodes de Pokémon
* j’ai fait du sport
* j’ai eu des nuits de sommeil de quatre heures, faut de pouvoir dormir je ne sais pour quelle raison
* je suis tombée malade
* je suis toujours malade
* My Little Pony : Friendship is Magic. Comment ai-je pu vivre sans ça ? d’ailleurs, si vous voulez vous aussi faire un beau poney comme le mien, c’est ici.

On en déduit donc que, pour la remise en marche de la machine à faire du micmac universitaire, il y a encore du travail et que c’est pas pour demain. Va bien falloir, pourtant.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts with Thumbnails