Tag Archives: Japon

Dis-moi ce que tu pinnes, je te dirai qui tu es !

Current Mood:Out emoticon Out

Derrière ce jeu de mot scabreux (pardon) se cache une addiction à un site de perdition photographique nommé Pinterest.
Bien connu de la plupart d’entre vous sans doute, nom peut-être barbare pour d’autres, ce site consiste en un principe simple : c’est une sorte de grand « tableau en liège » virtuel, vous savez, ce truc sur lequel vous épinglez photos, cartes postales et bonnes idées ? on pourrait aussi le comparer avec une porte de frigo, en fait. 😉
Dans votre grand tableau personnel, vous pouvez créer plusieurs petits tableaux à l’envi et même que le site possède un mode de recherche d’images par mot-clefs ou par tableaux (boards) pour trouver des photos. Vous pouvez également importer vos propres images, soit depuis votre disque dur, soit depuis d’autres sites au moyen d’un bouton à ajouter à votre navigateur.

Bref, ce site, c’est un peu du « Eye Candy » comme on dit, une source d’inspiration en cuisine comme en déco d’intérieur, ou encore un petit îlot d’évasion avec des photos de voyage, voire même un petit panier de shopping virtuel vu que certaines boutiques s’en servent comme catalogue.

En parcourant mes boards, je me suis rendue compte qu’ils offraient un éventail relativement intéressant de mes centres d’intérêt ! du coup, je vous propose de vous lister mes boards les plus remplis selon le nombre de photos qu’ils contiennent, dans l’ordre décroissant 🙂

Japan – 68 pins :
Sans surprise la rubrique la plus fournie du lot. J’ai toujours eu une passion pour le Japon qui n’a fait que grandir depuis que nous y sommes partis en 2010. Depuis, nous avons toujours en tête la planification du prochain voyage ! Énormément d’aspects de la culture japonaise me plaisent, que ce soit les images du passé, ou encore le côté futuriste de ce pays. La cohabitation de ces deux aspects me fascine. Et le soin minutieux des Japonais apporté à chaque petit détail de la vie, comme si la moindre chose était une cérémonie, est une philosophie qui me parle beaucoup.

Wagashi.

Wagashi.

Une splendide maiko sous les momiji.

Une splendide maiko sous les momiji.

Shirakawago en mars 2010, prise par mes zigues.

Shirakawago en mars 2010, prise par mes zigues.

Food – Itadakimasu ! – 42 pins :
Parce que manger c’est important. Et pas n’importe quoi. Et si possible de saison. Avec la petite présentation qui va bien ! plus le temps passe, plus j’aime prendre le temps de cuisiner avec de bons ingrédients. Vous ne voudriez pas mettre dans votre corps des substances dont on n’arrive à comprendre la composition sans un doctorat en chimie, non ?

Un beau présentoir de légumes d'automne dans les rues de la perfide Albion.

Un beau présentoir de légumes d’automne dans les rues de la perfide Albion.

A force de me nourrir de poisson cru (sashimi), je vais me transformer en chat.

A force de me nourrir de poisson cru (sashimi), je vais me transformer en chat.

Une bien jolie présentation pour de la tarte au citron meringuée !

Une bien jolie présentation pour de la tarte au citron meringuée !

Kawaii – 37 pins :
Ou « mignon » en japonais, parce que mon addiction au Japon passe également par des trucs dignes d’une enfant de 6 ans ! ^o^ c’est rond, c’est mou, c’est coloré, ça met de bonne humeur rien qu’en y regardant !

Parce que le jour où j'ai des enfants, je suis obligée de leur coudre ces petites étoiles !

Parce que le jour où j’ai des enfants, je suis obligée de leur coudre ces petites étoiles !

Le café le plus choupi du monde.

Le café le plus choupi du monde.

Oui, une image de chaton sur mon blog. Je sais. Je. Ok, je suis perdue.

Oui, une image de chaton sur mon blog. Je sais. Je. Ok, je suis perdue.

Fall in autumn – 30 pins :
Jeu de mot lamentable pour ma saison préférée, l’automne. La période de l’année qui signifie « mets de la courge partout y compris dans ton café », le thé chaud enroulée dans un plaid à lire un bon livre. Les premières flambées dans la cheminée. Les couleurs du paysage. L’album que j’ai le plus rempli ces derniers jours.

Des panneaux de Thanksgiving aux USA.

Des panneaux de Thanksgiving aux USA.

Un outfit automnal : les bottes + chaussettes hautes = win.

Un outfit automnal : les bottes + chaussettes hautes = win.

La balade parfaite.

La balade parfaite.

Home Sweet Home – 25 pins :
Des idées pour son intérieur. Parfois réalisables, parfois non, mais toujours de bonnes sources d’inspiration !

Un bocal en verre qui ressemble à un sac plastique.

Un bocal en verre qui ressemble à un sac plastique.

Une bien belle salle-bibliothèque. Avec échelle et tout.

Une bien belle salle-bibliothèque. Avec échelle et tout.

Une chambre bien lumineuse.

Une chambre bien lumineuse.

Tea – 24 pins :
Parce que le thé est une passion chez moi, j’en possède une petite quarantaine, tous en vrac, que je prépare dans une théière en verre bodum, une théière en fonte japonaise ou encore dans des sachets individuels achetés en boutique spécialisée.

Un thé pour chaque temps, un temps pour chaque thé !

Un thé pour chaque temps, un temps pour chaque thé !

Thé vert et macarons assortis.

Thé vert et macarons assortis.

Et je m’arrêterais là, car mon interface WordPress crie à l’agonie ! Pour les curieux, je vous laisse découvrir mon Pinterest ici (clic).

Et vous, vous utilisez Pinterest ? si oui, laissez-moi l’adresse du vôtre. 🙂

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le clan des Otori

Un peu de lecture aujourd’hui avec une saga japonisante, le Clan des Otori.

730

Ces romans écrits par Lian Hearn prennent place dans un Japon médiéval imaginaire, mélange entre notre Japon à nous et un peu de Chine. La présence de certaines formes de magie et aussi de clan ayant des spécificités propre fait parfois fortement penser au jeu de rôle L5A (Légende des 5 Anneaux), à tel point que je soupçonne l’auteure d’y avoir joué. 🙂

L’histoire s’articule autour de Takeo, tout d’abord nommé Tomasu, jeune garçon qui voit son village massacré pour la simple et bonne raison que ses habitants appartiennent au Clan des Invisibles, clan qui est pourchassé pour ses croyances religieuses. Sauvé par le seigneur Otori Shigeru, Tomasu – renommé alors Takeo pour camoufler ses origines du clan des Invisibles – est adopté et élevé par le clan Tomasu, afin d’en faire un véritable seigneur (le garçon ne savait ni lire ni écrire).
Le jeune Takeo possède pourtant des dons étranges et effrayants pour la plupart des gens, mais familiers pour les membres de la Tribu, les familles Kikuta et Muto. Le jeune homme doit d’ailleurs mettre momentanément de côté le coup de foudre partagé avec la belle Kaede afin de partir s’entraîner auprès de la Tribu.
Takeo se retrouve donc à l’embranchement de trois cultures et religions différentes, avec lesquelles il devra composer tout au long de sa vie, y compris comme souverain des Trois Pays. Les choses n’iront pas en s’arrangeant lorsque les étrangers feront pour la première fois irruption dans ce Japon fantastique, d’autant plus que leur religion présente des similitudes avec le dieu vénéré par les Invisibles.
De son côté, Kaede insiste pour se faire éduquer comme un homme et tente de lutter contre les carcans d’une société patriarcale médiévale afin de réclamer l’héritage de son père et de faire valoir son autorité sur les habitants de ses domaines.

Mon avis :
Une lecture que je n’ai pas pu lâcher du début à la fin de la première trilogie, tant j’ai été happée par l’histoire, le monde très bien décrit (l’auteure étudie la langue et la culture japonaises) et l’envie d’en savoir plus sur le destin des personnages.
Mais que ce soit clair, pour moi, il n’existe que la trilogie de départ.

20130514-221534.jpg

Afin de mettre un point final à une prophétie énoncée mais non résolue dans la trilogie originale, l’auteure a écrit un 4ème tome dont la fin à elle seule m’a autant déplu que je n’ai eu de plaisir à lire la trilogie de base.
Je vous recommande donc chaudement la trilogie, mais vous incite à passer votre chemin en ce qui concerne le 4èe tome. Dommage.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le Millefeuille japonais

B’jour les gens !

Aujourd’hui, j’ai décidé de parler de choses un peu plus futiles que d’habitude. Mais en même temps, ma peau me dit merci !

Pour ceux qui ne le savent pas, ça fait plusieurs années que je feuillette des magazines japonais. Outre les quelques numéros que j’ai ramenés lors de notre voyage de noces au Japon en 2010, je télécharge régulièrement certaines revues nippones sur l’excellent site Zasshko. (d’ailleurs, moyennant une modeste participation pour aider l’auteur, tous les magazines sont en téléchargement illimité)

Capture d’écran 2013-04-07 à 19.28.46
Comme ça, je suis toujours au courant des nouveautés cosmétiques en vogue au pays du soleil levant (et de certaines innovations technologiques beauté, dont une va bientôt arriver dans ma salle de bain et probablement sur le blog).
De plus, étant brune aux yeux bruns, à la peau claire, je peux sans trop de problèmes appliquer leurs astuces maquillage. 🙂

Et de ce fait, c’est comme ça que j’ai appris pour le Millefeuille. Notamment grâce aux éclaircissements de Sonia, qui a amené cette méthode de nettoyage du visage en Europe francophone.

Donc, le Millefeuille, c’est pas celui qui se mange, mais un terme qui décrit un soin du visage fait au moyen de plusieurs produits. Ces gestes quotidiens existent depuis des années au Japon et dans le reste de l’Asie, où est plébiscité le teint « zéro défauts », la peau la plus claire et nette possible, sans boutons ni taches de pigmentation.

Je vous présente la méthode dans l’ordre, avec les produits dont je me sers en ce moment (j’avais commencé avec le roi du layerin, la marque DHC ramenée du Japon, mais malheureusement, je n’avais pas moyen ensuite de la faire livrer en Suisse. Depuis, des sites ont ouvert pour commander de la cosmétique made in Asia, je vous en reparlerai si ça vous intéresse).

A l’heure actuelle, j’utilise surtout des produits de la marque Taïwanaise UNT (ils livrent dans le monde, sans FDP, chose rare pour la Suisse !).

Et voilà un peu comment ça se passe :

1. Etape qui se fait uniquement le soir : une huile démaquillante.
En ce moment, j’utilise l’huile démaquillante Floraison d’UNT :

Capture d’écran 2013-04-07 à 19.45.16
Oui, on se démaquille avec un corps gras, qui permet de virer les impuretés du visage, les excès de sébum accumulés durant la journée ainsi que le maquillage. D’ailleurs, même de l’huile d’olive peut faire l’affaire ! pour augmenter l’efficacité, on peut se masser la peau du visage en même temps, selon différentes méthodes décrites dans les magazines japs (avec des flèches sur les photos et tout) ou encore sur différents blogs de make-up tenus par des millefeuilles addicts.

2569178444
Une fois fini, on rince l’huile à l’eau.

On passe ensuite au reste des étapes, qui se font matin et soir :

2. Un produit nettoyant, afin d’éliminer les résidus d’huile, qui ne doivent pas rester sur la peau sous peine de boucher les pores. On rince le tout à l’eau aussi.
Aqua Nettoyant d’UNT, surper doux, que j’utilise le matin :

Capture d’écran 2013-04-07 à 19.47.29
Et le soir, j’utilise le Clear Purifier, un peu plus abrasif pour nettoyer la peau en profondeur de la crasse de la journée :

Capture d’écran 2013-04-07 à 19.49.00

3. Un tonique, afin d’éliminer le calcaire contenu dans l’eau qui se serait déposé sur le visage.
Mon tonique UNT étant vide, j’utilise Eau à Rome de Lush, que je vaporise sur le visage et retire à l’aide d’un coton :

img4791
D’ailleurs, beaucoup de Japonaises se passent de coton et appliquent leur tonique à la main, en tapotant sur le visage.

4. Un sérum contour des yeux (CDY), étape que l’on peut zapper selon l’âge.
Je n’en ai pas en ce moment, mais à force de passer mes journées devant l’ordinateur, mes cernes se font plus tenaces. Je vais donc bientôt y remédier.

5. Un sérum pour le visage (ou plusieurs, afin de cibler certains problèmes précis sur des zones précises). Le sérum permet également de « fixer » le nettoyage. Et la peau est très réceptrice aux soins après le double nettoyage du début.
Pour ma part, je n’en utilise qu’un, le sérum chouchou de UNT, Prodige, qui hydrate et lisse bien les imperfections de la peau :

Capture d’écran 2013-04-07 à 19.55.06

6. Une crème de jour / de nuit.
En ce moment, j’utilise Acné Therme, mais je ne suis pas 100% convaincue. Sa texture gel est un peu trop collante à mon goût, son hydratation moyenne et je ne vois pas de réel effet sur mon acné hormonale. Je risque de bientôt retourner à mon Hydra Zen (Lancôme) :

Capture d’écran 2013-04-07 à 19.55.58

Bref, voilà pour ma « routine ». Le plus important, c’est de trouver les bons produits qui correspondent à chaque type de peau, car chaque personne est différente.
Ce qui marche pour moi ne marchera pas forcément pour vous, et vice-versa.
Toutefois, la méthode millefeuille, ou layering, ce n’est pas long : environ 5 minutes le matin, au pire 10 le soir ! et votre peau vous en remercie vraiment.
Pour moi, ça a été assez naturel au final. J’utilisais nettoyant visage + tonique + crème depuis mes 15 ans, donc rajouter une huile et un sérum, ce n’était pas si difficile 😉
De plus, allant sur mes 30 ans, même si je ne suis pas objectivement une « jolie fille », on ne donne régulièrement bien moins que mon âge.

La prochaine étape, ce serait de me composer un millefeuille avec des produits 100% suisses…. !

Et vous, vous connaissiez le millefeuille japonais ?
Si oui, quelle est votre routine ?
Si non, avez-vous envie d’essayer ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts with Thumbnails