Tag Archives: Chaux-de-Fonds

N’oublie pas ta barre à mine.

Bonjour à tous et bonne année 2013 !

Le blog a connu des moments de silence récemment et j’en suis désolée, mais je finis toujours les semestres sur les chapeaux de roue et nous avons une kyrielle de monde à voir lors des fêtes de Noël. J’espère d’ailleurs que les vôtres se sont bien passées.
De mon côté, rien de spécialement neuf, hormis que je commence à sérieusement péter un câble à cause de mon genou qui m’empêche de faire du sport depuis début novembre. Pas de Pump, pas de TRX et total, des bourrelets qui reviennent ainsi que des nuits difficiles. Je récupère mon abonnement fin janvier, vivement !
Quand je vois ce que j’avais perdu – et la façon dont je m’étais musclée – je suis plus que motivée à reprendre sérieusement mon entraînement, histoire d’arriver le jour de mes 30 ans – fin mai ! c’est pas si loin – avec une silhouette qui me convienne (avant mon accident de genou, je n’en étais vraiment pas loin !).

Bref, je suis ici pour partager avec vous un des lieux que j’ai visité à la Chaux-de-Fonds, un des derniers dont je voulais vous parler car ce fut un coup de coeur mémorable pour moi, fan de Silent Hill et de survival-horror devant l’éternel. J’ai nommé : le Train Fantôme.

DSC_0107
(Alain Margot)

Le Train Fantôme est en fait une vieille maison aménagée par Alain Margot, comme l’explique l’Illustré :
A La Chaux-de-Fonds, où il vit et travaille depuis des années, l’homme devenu cinéaste s’est aussi rendu célèbre pour l’aménagement d’un lieu à nul autre pareil: le train fantôme, un cabinet de curiosités installé dans une maison de cinq étages, un temple dédié au fantastique, aux vampires, au cinéma de série Z et à son cortège de monstres.
Alain Margot a également sorti un livre de photos en noir et blanc, dans lequel de jeunes femmes posent pour lui – plus ou moins habillées – dans sa maison et son décor horrifique. Et croyez-le ou non, j’ai très envie de faire pareil tellement son univers me plaît… (une autre motivation et un chouette cadeau à moi-même pour mes 30 ans, peut-être).
Alain Margot a également été un des acteurs du mouvement FEMEN, réalisant plusieurs films mettant en scène les Ukrainiennes et les soutenant lors de leur venue en Suisse.

Mais trêve de paroles, je vous laisse avec quelques clichés ; certains sont flous et j’en suis désolée, mais c’est le problème en photographiant à vitesse lente dans un lieu sombre, sans trépied (je me refuse toujours à utiliser le flash).
Attention, ces photos ne sont pas tout public et pourraient heurter certaines sensibilités.

DSC_0067
DSC_0068
DSC_0069
DSC_0077
DSC_0085
DSC_0094
DSC_0096
DSC_0104
DSC_0106
DSC_0108
DSC_0110
DSC_0113
DSC_0118
DSC_0120
DSC_0122
DSC_0127
DSC_0128

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le musée international de l’Horlogerie

Bonjour à tous, comment allez-vous ? Il fait toujours aussi froid mais au moins cette fois, le soleil est au rendez-vous !
Aujourd’hui, je vous emmène faire un petit tour au Musée International de l’Horlogerie, que Piou et moi avons eu la chance de visiter gratuitement lors de notre séjour à la Chaux-de-Fonds en août dernier. N’étant pas une spécialiste dans le domaine, je vais me contenter de surtout laisser parler mes photos.
Ce que je peux dire, c’est que les pièces sont très bien mises en valeur et que leur classement chronologique, tout autour de la salle principale, est très clair et bien expliqué. Au centre se trouvaient des pièces plus rares et de conceptions parfois extrêmement recherchée, que je vous laisse découvrir.












Je ne sais pas quel est l’esprit malade qui a pu imaginer faire un automate d’une petite fille pleurant parce qu’elle avait cassé sa poupée. Glauque.

Il y avait également une petite exposition de robots, dont un bien familier que j’aurais bien ramené à la maisons 😉

Musée international d’horlogerie
Rue des Musées 29
2301 La Chaux-de-Fonds
T. +41 (0) 32 967 68 61
Ouverture
Mardi à dimanche : 10h-17h

Prix
Adulte : CHF 15.00
AVS, AI, groupe (dès 10 personnes) : CHF 12.50
Enfant dès 12 ans, étudiant, chômeur : CHF 10.00
Ecole : CHF 7.50

Rendez-vous sur Hellocoton !

La Plage des Six Pompes

Bonjour à tous ! j’espère que vous allez bien malgré le froid de ces derniers jours. Pour ma part, j’ai ressorti jupes, collants, bottes et gros manteau. Mais ce n’est pas pour vous parler vêtements que je reviens par ici aujourd’hui, mais pour conter aux quelques intéressés la suite de nos aventures à la Chaux-de-Fonds.

Nous étions présents le 10 et 11 août dans la ville, ce qui nous a permis d’assister en partie au Festival de la Plage des Six Pompes, où, du 5 au 11 août, la ville s’est transformée en une scène géante. La Plage, à l’origine inventée parce qu’il n’y a pas de plage aux alentours de la Chaux-de-Fonds dont les ouvriers pouvaient profiter, se propose d’amener le divertissement aux gens qui ne peuvent quitter la ville durant les vacances. Plutôt sympa comme concept, non ?

Toutes les rivières mènent à la mer, et toutes les mers ont des plages. Mais peu de rivières coulent sous les plages… Hommage, cette année, à celle sans qui n’existerait pas La Plage. Ni même cette bonne vieille Vache Vallée.

Il y a bien longtemps, un temps que… pfffff! personne en fait n’a pu connaître, naissait à l’actuel n° 33 de la rue de la Ronde une belle insoumise qui allait bientôt réveiller la cité. On l’a baptisa la Ronde. Ronde comme les montres à goussets que des employés appliqués fabriqueraient bientôt derrière des fenêtres. Ronde comme les fesses des dames qui se promèneraient sous ces mêmes fenêtres. Ronde comme leur clientèle appliquée la veille des lundis bleus.

La Ronde, donc, pointa d’abord son nez sans qu’on la remarque avant de jaillir soudain, disparaissant rue du Puits et rejaillissant rue des Marais, mais surtout ailleurs, là où on ne l’attendait pas. C’est que la jeune sauvageonne avait du caractère, se souviennent les anciens, et qu’elle causait bien du souci aux autorités la mistonne, bondissant en riant à gorge déployée par-dessus les ponts minçolets qu’on tentait de placer sur son chemin, éclaboussant au passage les braves gens. On raconte aussi dans les bars que l’insolente débordait plus souvent qu’à son tour, et roulait à tombeau ouvert au fond de la vallée quand elle n’était pas occupée à courir après sa queue dans un de ses méandres variés.

Rock n’ roll, la première dame de La Chaux-de-Fonds… Pas étonnant que son cours finit par serpenter jusqu’aux emposieus des Anciens Moulins de la Joux-Perret, là où les riffs des guitares et le tonnerre des batteries ont remplacé depuis le bruit de la scierie.

Et on eu beau la canaliser, la Ronde, elle draine toujours périodiquement chaque année une quantité impressionnante de grenouilles rousses et tritons alpestres et lobés, et aussi des saltimbanques ébouriffés et un public assoiffé de culture autour de la fontaine des Six-Pompes. Et ce encore cette année, 19e édition de La Plage… On the Ronde again!

Le festival tenait cette année sa 19ème édition, avec pas moins de 37 compagnies qui ont donné 51 spectacles un peu partout sur différentes scènes installées dans la ville. Il y a de la musique comme du théâtre et d’autres choses plus surprenantes. Le festival donne une grande place aux arts de rue de tous genres.
Parmi les 165 représentations données, nous en avons vu deux dont une réellement en entier, car nous avions beaucoup de choses à visiter et un weekend, c’est court !
Toutefois, moi qui m’attendais à quelques « gratteux » posés dans la rue, j’ai vite revu mon jugement, tant les divertissements offerts étaient de qualité. D’ailleurs, la Plage a battu son record d’affluence cette année !

Je vous laisse avec quelques photos pour vous faire une idée…

Le thème de cette années était « Come on the Ronde again ! » D’où la moto géante pendue au-dessus des stands protégés des intempéries.



Quand le public est mis à contribution… !



A partir de là, le spectacle de cirque des petits poulpes : Le temps des couleurs ou coloriage philosophique en quête d’humanité.








Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts with Thumbnails