Category Archives: Vie estudiantine

Instapix tape

Ces derniers temps, j’ai :

Visité le comptoir de Fribourg et vu de jolies réalisations automnales en pain.

Acheté de nouvelles souris Logitech pour nos MacBook respectifs : blanche pour moi, noire pour lui.

Mangé un boeuf croustillant au Vinam avec des amis après une partie de Cthulhu.

Contemplé, en allant au travail à la bibliothèque pour une des dernières fois, la cathédrale de Fribourg cachée dans le brouillard.

Travaillé sur mon Mémoire avec mes stabilos tout neufs de pouffiasse.

Bravé la pluie avec mon parapluie chats que je ne retrouve plus depuis une semaine :(.

Répété pour les concerts de fin d’année avec la Landwehr (8 et 9 décembre à l’Equilibre, Fribourg, pour ceux que ça intéresserait).

Acheté des crèmes Essence édition spéciale Noël qui donnent envie de se manger les mains.

Recommencé la série Stargate SG-1 pour la troisième fois.

Pris le train plus tard grâce à mon nouveau job.

Joué à Pokémon Blanc version 2 tandis que Piou joue à la version Noir.

Chopé une insertionite en faisant n’importe quoi lors d’un footing et en ayant agravé le tout en portant mon sac trop lourd.

Mangé un curry rouge au Punkt avec des amis.

Pris de longs bains chauds pour lutter contre le froid, en compagnie de Lush et de Rowling.

Eu froid et vu la neige tomber sur Fribourg.

Fait du JDR.

Travaillé pour mon Mémoire et travail de séminaire.

Investi dans un iPad et un clavier solaire Logitech pour soulage mon dos, perdant ainsi deux kilos dans mon sac de cours.

Mangé à la Crêperie Sucré-Salé pour l’anniversaire de la filleule de mon mari.

Eté à Genève pour l’anniversaire de mon papa.

Craqué pour le coffret vanillé de The Body Shop.

Avancé (encore) séminaire et Mémoire sur Papad tout neuf.

Bu beaucoup de thé et mangé les premiers biscuits de Noël et mandarines.

Assisté à la table ronde Musica Donum Deorum à laquelle j’ai aidé à brancher l’ordinateur au beamer.

Regardé mes chats se tuer au travail.

Fait l’idiote dans le miroir au-dessus de la cheminée de la salle de travail.

Rendez-vous sur Hellocoton !

I should be so lucky

Vous vous rappelez de ceci ? quand je vous demandais de croiser les doigts, de sacrifier des chèvres ou pourquoi pas un yack laineux ? (je commence à faire des liens dans mon propre blog, ça ne rigole plus)

Et bin je commence à mi-octobre. 😀

*Happy*

Moi pendant le cours après qu’j’ai su.

Edit : il paraît que cette image provient d’une vidéo durant laquelle des femmes ont accepté de se faire filmer en lisant… tout en ayant un orgasme grâce à un sextoy bien dissimulé.
Bon bah en fait, je la laisse, c’est pas mal représentatif quand même.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Merci pour les fingers crossed…

… suite à mon dernier article.
Visiblement ça a aidé, parce que non seulement mon maudit mal de crâne (qui avait viré en migraine) est passé mais en plus j’ai très bien réussi mon oral, avec la note maximale (6 sur 6). J’étais la dernière à passer, le prof a pu me donner ma note tout de suite (les autres ont eu la leur le soir même via le site de l’université, car il n’a mis les notes qu’une fois tous les élèves passés) et on a pu discuter un petit moment.

Il en résulte que si tout se passe bien et que l’uni accepte de mettre la main au porte-monnaie, j’aurai la possibilité de travailler pour mon prof. Si je voulais le poste qu’il comptait créer bien sûr, mais qu’il avait pensé à moi pour l’occuper. Question purement rhétorique, bien sûr que j’accepte, si ça marche ! Ça me permettrait de quitter le travail que je fais pour la bibliothèque de l’université depuis 2008 déjà ; c’est un excellent job d’étudiant, mais depuis le temps, je commence à avoir envie de voir autre chose. Surtout que ce n’est pas toujours l’emploi le plus gratifiant, même si je suis bien consciente que les jobs d’étudiants ne sont pas faits pour flatter l’égo.
C’est juste que… je travaille énormément, malgré les apparences – et même si j’ai beaucoup de facilités – parce que je suis très exigeante concernant mes résultats en histoire ancienne. J’aime vraiment ce que je fais et je fais tout pour me donner les moyens de réussir. Et je commence à ressentir le besoin de voir ce travail reconnu.

En rentrant de mon oral, j’ai reçu la note de mon travail de séminaire sur Aristote et l’histoire (après avoir dit au même prof que je n’avais toujours aucune nouvelle), auquel j’ai également obtenu la note maximale. Deux notes parfaites et une proposition de job le même jour, je vous laisse imaginer que je planais légèrement. 🙂

Mais cette euphorie a été suivie aujourd’hui d’un gros coup de blues – j’étais à deux doigts de fondre en larmes – que je n’ai pas compris tout de suite. J’étais au travail et d’avoir discuté par mail avec mon père et une amie m’a aidée à comprendre ce qui n’allait pas.
1) d’imaginer les changements qu’occasionneraient ce poste m’a fait réaliser à quel point je commençais à en avoir vraiment assez de mon travail à la bibliothèque ; qu’en ce moment, de plus en plus, j’ai besoin de quelques signes de reconnaissance. Probablement parce qu’après une adolescence faite de procrastination, je m’investis enfin dans quelque chose qui me passionne.
2) ma journée était merdique, on a accumulé soucis techniques et autres tracas. De plus, sortant tout droit de la période d’examens, je suis vidée (physiquement et surtout nerveusement).
2) que le premier signe de reconnaissance vienne d’un prof que j’admire beaucoup et qui m’a donné envie d’étudier l’histoire ancienne me laisse toujours comme deux ronds de flan. J’ai attiré son attention par mon travail. J’en suis sacrément fière et en même temps, ça me renvoie une image de moi totalement inhabituelle. Je vaux quelque chose aux yeux de quelqu’un que je vois comme un mentor.
3) le point le plus important : reconnaissance ou pas, si finalement ça ne fonctionne pas, que l’uni ne veut pas débloquer de crédits, je serais vraiment très triste, infiniment déçue.
4) la seule chose qui me reste à faire maintenant est … d’attendre, car je n’aurai sans doute pas de nouvelles avant août. Et de continuer à faire ce que j’ai fait jusqu’à maintenant : travailler avec mes tripes afin de continuer à prouver ma valeur.

Sachant qu’il a pris la peine de me parler de ce poste de sous-assistante pour la seconde fois en un peu plus d’un mois (la première fois, la possibilité avait été évoquée très rapidement au début d’un cours car il avait appris d’un de ses anciens doctorants que j’envisageais la thèse) et qu’il semble y avoir vraiment réfléchi, j’ai bon espoir, surtout que ce n’est pas le genre de personne à évoquer une possibilité si elle était nulle (et qu’à ma connaissance, partant à la retraite en 2015, il n’avait pas parlé de reprendre de sous-assistant jusqu’à ce qu’il sache qu’un de ses étudiants – aka, ma pomme – envisageait le doctorat) ….

Mais si vous pouviez continuer à croiser encore un peu les doigts pour moi, quitte à sacrifier une ou deux chèvres (ou des yacks laineux, je ne suis pas regardante), ce serait vraiment sympa. 😉

Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts with Thumbnails